Pierres Vivantes

Partageons la vie de Jésus Berger pour tous
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Information : Bonjour à toutes et tous. Etant donné le peu de personnes parcourant quotidiennement ce forum, peut être est il plus bénéfique, pour ceux et celles qui le souhaitent, de nous rassembler sous une seule bannière, qui est celle du site : http://www.forumreligioncatholique.com/forum ...
Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 43 le Dim 14 Mai - 15:40
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Rosaire
Mystères joyeux
Mystères lumineux
Mystèresdouloureux
Mystères glorieux

Partagez
 

 Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014

Aller en bas 
AuteurMessage
Nicolas

Nicolas

Date d'inscription : 12/06/2014
Age : 48

Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014   Empty
MessageSujet: Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014    Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014   EmptySam 26 Juil - 8:09


Samedi 26 Juillet 2014

Sainte Anne et Saint Joachim ; Parents de la VIERGE MARIE
Anne et Joachim furent les Parents de la VIERGE MARIE. Leurs Noms furent mentionnés pour la première fois dans le Protévangile de Jacques (Iie siècle).

16ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc )
Année A





(Première lecture)
Livre de Jérémie 7 : 1 à 11


Condamnation du Temple souillé par le péché du peuple

Parole du SEIGNEUR adressée à Jérémie :
Tu iras te placer à l'entrée du Temple du SEIGNEUR, et tu proclameras ceci : « Écoutez la Parole du SEIGNEUR, vous tous, gens de Juda, qui entrez par ces portes pour adorer le SEIGNEUR.
Ainsi Parle le SEIGNEUR de l'Univers, le DIEU d'Israël : Suivez une bonne route, conduisez-vous bien, et Je vous laisserai demeurer en ce lieu.
Ne vous fiez pas à des paroles trompeuses, comme celles-ci : 'C'est ici le Temple du SEIGNEUR, le Temple du SEIGNEUR, le Temple du SEIGNEUR !'
Si vous suivez vraiment la bonne route, si vous vous conduisez bien, si vous pratiquez la justice entre vous, si vous n'opprimez pas l'immigré, l'orphelin ni la veuve, si, en ce lieu, vous ne condamnez pas à mort l'innocent, et si vous ne suivez pas des dieux étrangers, en provoquant votre perte, alors Je vous laisserai demeurer dans ce lieu, sur la terre que J'ai donnée à vos pères depuis toujours et pour toujours.
Mais vous vous fiez à des paroles trompeuses, sans valeur : vous pourriez donc voler, tuer, commettre l'adultère, faire des faux serments, offrir de l'encens au dieu Baal, suivre des dieux étrangers que vous ne connaissez pas, et ensuite venir vous présenter devant Moi, dans cette Maison qui porte Mon NOM, en vous disant : 'Nous sommes à l'abri' ; et vous pourriez continuer toutes ces abominations !
Cette Maison qui porte Mon NOM est-elle donc pour vous une caverne de bandits ? Quant à Moi, c'est ainsi que Je la vois. »
Parole du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Cantique des pèlerins arrivant à Jérusalem


Du répertoire du chef de chorale. Accompagnement sur la harpe de Gat. Psaume appartenant au recueil de la confrérie de Coré.

[Psaume 83 (84), entièrement]




Psaume 83 (84) : 2 et 3, 4, 5 et 6, 11abc


R/ De quel amour j'aime Ta Demeure, DIEU de l'Univers !

De quel amour sont aimées Tes Demeures,
SEIGNEUR, DIEU de l'Univers !
Mon âme s'épuise à désirer les parvis du SEIGNEUR ;
mon cœur et ma chair sont un cri vers le DIEU VIVANT !
R/

L'oiseau lui-même s'est trouvé une maison,
et l'hirondelle, un nid pour abriter sa couvée :
Tes Autels, SEIGNEUR de lUnivers,
Mon ROI et Mon DIEU !
R/

Heureux les habitants de Ta Maison :
ils pourront TE chanter encore !
Heureux les hommes dont TU es la Force :
des chemins s'ouvrent dans leur cœur !
R/

Oui, un jour dans Tes Parvis
en vaut plus que mille.
J'ai choisi de me tenir sur le seuil,
dans la Maison de mon DIEU.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 13 : 24 à 30

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia. La Parole de DIEU est semée en nos cœurs. Heureux qui La reçoit et La fait fructifier ! Alléluia. (cf. Lc 08, 15)



Discours en paraboles : l'ivraie

JÉSUS proposa cette parabole à la foule : « Le Royaume des Cieux est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ.
Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ; il sema de l'ivraie au milieu du blé et s'en alla.
Quand la tige poussa et produisit l'épi, alors l'ivraie apparut aussi.
Les serviteurs du MAÎTRE vinrent LUI dire : 'SEIGNEUR, n'est-ce pas du bon grain que TU as semé dans ton champ ? D'où vient donc qu'il y a de l'ivraie ?'
IL leur dit : 'C'est un ennemi qui a fait cela.' Les serviteurs LUI disent : 'Alors, veux-TU que nous allions l'enlever ?'
IL répond : 'Non, de peur qu'en enlevant l'ivraie, vous n'arrachiez le blé en même temps.
Laissez-les pousser ensemble jusqu'à la moisson ; et, au temps de la moisson, Je dirai aux moissonneurs : Enlevez d'abord l'ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ; quant au blé, rentrez-le dans Mon Grenier.' »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Liens :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Thierry
Webmestre
Webmestre
Thierry

Date d'inscription : 06/12/2009
Age : 53

Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014   Empty
MessageSujet: Re: Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014    Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014   EmptySam 26 Juil - 9:10

Homélie :

Cette parabole fait directement suite à celle du semeur. Jésus expliquait qu’il y a quatre façons d’accueillir la parole du Royaume : soit on ne comprend pas, alors on ne porte aucun fruit, soit on accueille la parole jusqu’au don total de sa vie, soit on donne du fruit jusqu’à la perte de ses richesses, soit on porte du fruit dans tous les sens possibles.

Ces explications suscitent des questions. Jésus y répond par des paraboles, que nous entendrons jour après jour. La première d’entre elles est la plus immédiate : d’où viennent ces plantes qui ne portent pas de fruit et pourquoi ne sont-elles pas arrachées ?

Certes, l’action de l’Ennemi est d’emblée évoquée par le Seigneur. Alors que l’homme sème du bon grain, son ennemi survient et sème de l’ivraie dans son champ. Mais cette situation survient de nuit, pendant que tout le monde dort. L’idée de la parabole n’est donc pas de pointer une responsabilité particulière dans la maison du maître du domaine. Lui n’a semé que du blé. L’ivraie vient donc d’ailleurs, de l’action d’un ennemi anonyme agissant de nuit. L’attention est plutôt portée sur la réaction à avoir lors de la manifestation du forfait.

Peu à peu en effet les plantes poussent et l’ivraie qui a été semée pousse comme le blé. Au départ presque indiscernable des jeunes pousses de blé, elle grandit à la même hauteur et ressemble fortement au vrai blé, à la différence que ses grains sont noirs, comme s’il s’agissait de blé dégénéré. La question jaillit spontanément de la part des serviteurs qui distinguent peu à peu l’ampleur des dégâts : « veux-tu que nous allions l’enlever ? ».

Mais le maître s’y oppose : il ne faut pas l’arracher, de peur d’arracher en même temps le blé. « Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson ». Il enseigne la patience et la miséricorde. Certes, l’ivraie étant suffisamment grande pour être reconnue, on ne la pourrait plus confondre avec le blé. Mais un temps de maturation, avant la moisson, est donné à tous pour pouvoir faire pénitence. Notre Dieu donne le soleil et la pluie à toutes les plantes. C’est une manière qu’il a de dire à chacune qu’il espère d’elle un bon fruit. Qui sait, les mauvaises graines que nous portons pourraient nous inviter à redoubler d’efforts pour plaire à notre Dieu ?

Outre cette patience qui invite au changement, le temps de maturation que permet le Seigneur est une leçon de réalité. Il y a ceux qui travaillent au service du maître de la maison, mais viendront bientôt ceux qui travailleront à la moisson. Autrement dit, entreprendre de séparer le blé et l’ivraie serait anticiper le temps du jugement. Il serait donc présomptueux de la part des serviteurs de s’attribuer un rôle qui n’est pas le leur. De plus, ils adopteraient une attitude dangereuse : en ramassant l’ivraie, on peut déraciner le bon grain aussi. A vouloir faire justice à la place de Dieu, on peut tuer la plante qu’il a lui-même semée et dont il a permis la croissance.

Ainsi, dans l’Église ou dans nos cœurs, il y a de l’ivraie et du bon grain. Il ne nous appartient pas de les départager. Dieu est seul juge, nous pouvons lui confiance quand il estime préférable de ne pas éradiquer le mal par une intervention radicale et immédiate. Mais il nous revient d’entretenir le champ ! Car, nous l’avons entendu dans la parabole hier, certaines terres hospitalières portent du blé à raison de trente pour un, mais d’autres à raison de soixante ou même de cent pour un. A n’en pas douter ces dernière terres portent plus de fruit que les autres parce qu’elles ont compris l’enseignement du Seigneur dans toute sa force : le meilleur moyen d’endiguer le péché et son œuvre de mort est d’aimer les pécheurs jusqu’à donner sa vie pour eux.
Frère Dominique

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Thierry
Webmestre
Webmestre
Thierry

Date d'inscription : 06/12/2009
Age : 53

Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014   Empty
MessageSujet: Re: Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014    Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014   EmptySam 26 Juil - 9:16

méditation :

Samedi 26 Juillet 2014
Sainte Anne et saint Joachim, parents de la Vierge Marie


Evangile selon St Matthieu 13, 24-30
Jésus proposa cette parabole à la foule : « Le Royaume des cieux est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ.
Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ; il sema de l'ivraie au milieu du blé et s'en alla.
Quand la tige poussa et produisit l'épi, alors l'ivraie apparut aussi.
Les serviteurs du maître vinrent lui dire : 'Seigneur, n'est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D'où vient donc qu'il y a de l'ivraie ?'
Il leur dit : 'C'est un ennemi qui a fait cela.' Les serviteurs lui disent : 'Alors, veux-tu que nous allions l'enlever ?'
Il répond : 'Non, de peur qu'en enlevant l'ivraie, vous n'arrachiez le blé en même temps.
Laissez-les pousser ensemble jusqu'à la moisson ; et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Enlevez d'abord l'ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ; quant au blé, rentrez-le dans mon grenier.' »

Prière d'introduction
Les cieux proclament la gloire de Dieu, le firmament raconte l'ouvrage de ses mains. Le jour au jour en livre le récit et la nuit à la nuit en donne connaissance. Pas de paroles dans ce récit, pas de voix qui s'entende; mais sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde (Psaume 18, 2-5).
Seigneur, Dieu de l’univers, à toi appartient la création tout entière. Elle révèle ta splendeur, tu te prépares une moisson, dont nous sommes les serviteurs. Que se fasse ta volonté.

Demande
Donne-moi Seigneur, de grandir dans le bien sans me laisser étouffer par le mal ; ne permets pas que j’accuse les autres de péchés, que je commets moi-même et desquels je me justifie.

Points de réflexion
1. « Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ». Dans cette parabole du Royaume, Jésus décrit un acte de sabotage de la part de l’ennemi. La semence, que celui-ci jette dans le champ du Seigneur, possède les mêmes potentialités que la Parole divine. D’où vient-elle ? Elle provient d’une volonté opposée au Seigneur ; elle cherche à détruire son œuvre. Elle se présente sous forme de suggestion mensongère, d’une intention tordue.
L’ennemi surprend les âmes lorsque leurs gardiens sont endormis, c’est-à-dire la conscience. Si l'ennemi apparaissait sous le jour d’une conscience instruite, le gardien ne dormirait pas ; s’il se présentait à visage découvert, elle lui interdirait le passage, si elle avait été formée au discernement, par la méditation de la Parole de Dieu, elle l’aurait démasqué. Mon esprit est-il endormi ? Ces versets du psaume qui suit reflètent-ils la vigilance de mon âme ? « J'espère le Seigneur de toute mon âme ; je l'espère, et j'attends sa parole. Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore. Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore, attends le Seigneur, Israël » Psaume 129, 5-7.

2. « Il sema de l'ivraie au milieu du blé et s'en alla ». Une des obscurités de notre époque, la nuit de la conscience chrétienne, est d’avoir nié l’existence du diable et d’avoir réduit le problème du mal à des catégories psychologiques et sociologiques. Le démon s’est masqué de rationalisme, réduisant une partie de la révélation biblique à des fables mythologiques, issues d’une culture antique primitive, ou à des fantaisies subjectives et, à la limite, superstitieuses. La signification de la Parole d’Évangile est neutralisée par l’ivraie de l’incrédulité contemporaine, jetée dans nos âmes ; et elle fait ses ravages. Et moi, est-ce que je vois l’ivraie dans mon âme ?

3. « Veux-tu que nous allions l’enlever ? ». Si Jésus demande de ne pas arracher l’ivraie pour ne pas abîmer le bon grain, il se réfère à une fâcheuse habitude de faire des procès les uns contre les autres. Le mal sera toujours présent dans le champ de ce monde, jusqu’au temps de la récolte. Particulièrement ciblées sont les bonnes œuvres, celles de Dieu. Dieu n’attend pas que l’on nie le mal, mais qu’on renonce à s’en faire justicier, car lui seul connaît la situation en profondeur. Dieu seul peut sonder « les reins et les cœurs » (cf. Jérémie 17, 10). Lui, Jésus, le juste Juge, jugera à la fin des temps en toute objectivité et fera le tri. Anticiper le jugement reviendrait à accomplir le plan de l’ennemi, c’est-à-dire à détruire la récolte tout entière. Et moi, à l’égard de mes frères, chrétiens ou non, particuliers ou institutions, d’aucuns plus pécheurs que moi, suis-je dans la logique d’accusation ou dans la logique de la miséricorde ?

Dialogue avec le Christ
Jésus-Christ, Fils de Dieu, ta Parole tombe dans mon cœur, déjà habité par de nombreux liens avec le monde et parfois blessé par le mal. Purifie-le par la force de l’Esprit et protège-le de tout esprit de jugement et d’accusation, qui ne vient pas de toi. Je veux te bénir et bénir la grandeur de tes œuvres, à la gloire de Dieu le Père, elles qui grandissent, non pas malgré le mal, mais grâce à ta miséricorde qui est encore plus grande que toute œuvre mauvaise. Afin que ce grain d’espérance soit profondément enfoui en mon âme, je me consacre tout entier à ton divin cœur, toi qui est Dieu et qui nous sauves pour les siècles sans fin. Amen.

Résolution
Je prierai pour mes ennemis et remettrai en cause tout jugement accusateur qui surgit dans mon cœur.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014   Empty
MessageSujet: Re: Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014    Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014   Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Textes Liturgiques du jour : 26 Juillet 2014
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pierres Vivantes :: LITURGIE - BIBLE :: Lectures du jour - Homélies :: Messe du jour-
Sauter vers: