Pierres Vivantes

Partageons la vie de Jésus Berger pour tous
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Information : Bonjour à toutes et tous. Etant donné le peu de personnes parcourant quotidiennement ce forum, peut être est il plus bénéfique, pour ceux et celles qui le souhaitent, de nous rassembler sous une seule bannière, qui est celle du site : http://www.forumreligioncatholique.com/forum ...
Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 8 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 43 le Dim 14 Mai - 15:40
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Rosaire
Mystères joyeux
Mystères lumineux
Mystèresdouloureux
Mystères glorieux


Partagez
 

 Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014

Aller en bas 
AuteurMessage
Nicolas

Nicolas

Date d'inscription : 12/06/2014
Age : 48

Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014   Empty
MessageSujet: Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014    Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014   EmptyVen 25 Juil - 7:57

Vendredi 25 Juillet 2014

Saint Jacques le Majeur
1er siècle. Témoin, avec Pierre et Jean, de la Transfiguration et de l’agonie de JÉSUS, il fut le premier Apôtre à être martyrisé. Vénéré depuis fort longtemps à Compostelle.

16ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Rouge )
Année A





(Première lecture)
Seconde Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens 4 : 7 à 15


La faiblesse et la force de l'Apôtre

Frères, nous, les Apôtres, nous ressemblons à des gens qui portent un trésor dans des poteries sans valeur ; ainsi, on voit bien que la Puissance Extraordinaire que nous avons ne vient pas de nous mais de DIEU.
À tout moment, nous subissons l'épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés ; nous sommes désorientés, mais non pas désemparés ; nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés ; terrassés, mais non pas anéantis.
Partout et toujours, nous subissons dans notre corps la mort de JÉSUS, afin que la VIE de JÉSUS, elle aussi, soit manifestée dans notre corps.
En effet, nous, les vivants, nous sommes continuellement livrés à la mort à cause de JÉSUS, afin que la VIE de JÉSUS, elle aussi, soit manifestée dans notre existence mortelle.
Ainsi la mort fait son œuvre en nous, et la vie en vous.
L'Écriture dit : J'ai cru, c'est pourquoi j'ai parlé. Et nous, les Apôtres, animés de cette même foi, nous croyons, nous aussi, et c'est pourquoi nous parlons.
Car, nous le savons, CELUI QUI A RESSUSCITÉ le SEIGNEUR JÉSUS nous ressuscitera, nous aussi, avec JÉSUS, et IL nous placera près de LUI avec vous.
Et tout ce qui nous arrive, c'est pour vous, afin que la GRÂCE PLUS ABONDANTE, en vous rendant plus nombreux, fasse monter une IMMENSE ACTION DE GRÂCE pour la GLOIRE DE DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Des pleurs changés en joie


Chant des pèlerinages.




Psaume 125 (126) : 1 et 2ab, 2cd et 3, 4 et 5, 6


R/ Ceux qui sèment dans les larmes moissonnent en chantant.

Quand le SEIGNEUR ramena les captifs à Sion,
nous étions comme en rêve !
Alors notre bouche était pleine de rires,
nous poussions des cris de joie.
R/

Alors on disait parmi les nations :
« Quelles MERVEILLES fait pour eux le SEIGNEUR ! »
Quelles MERVEILLES le SEIGNEUR fit pour nous :
nous étions en grande fête !
R/

Ramène, SEIGNEUR, nos captifs,
comme les torrents au désert.
Qui sème dans les larmes
moissonne dans la joie.
R/

Il s'en va, il s'en va en pleurant,
il jette la semence ;
il s'en vient, il s'en vient dans la joie,
il rapporte les gerbes.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 20 : 20 à 28

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia. Heureux ceux que le SEIGNEUR a choisi du milieu du monde pour qu'ils portent du fruit, un fruit qui demeure. Alléluia. (cf. Jn 15, 16)



Le CHRIST révèle à Jacques la Vraie Gloire de l'Apôtre

La mère de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, s'approcha de JÉSUS avec ses fils et se prosterna pour LUI faire une demande.
JÉSUS lui dit : « Que veux-tu ? » Elle répondit : « Voilà mes deux fils : ordonne qu'ils siègent, l'un à Ta Droite et l'autre à Ta Gauche, dans Ton Royaume. »
JÉSUS répondit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire à la coupe que Je vais boire ? » Ils LUI dirent : « Nous le pouvons. »
IL leur dit : « Ma COUPE, vous y boirez ; quant à siéger à Ma DROITE et à Ma GAUCHE, il ne M'appartient pas de l'accorder ; il y a ceux pour qui ces places sont préparées par Mon PÈRE. »
Les dix autres avaient entendu, et s'indignèrent contre les deux frères.
JÉSUS les appela et leur dit : « Vous le savez : les chefs des nations païennes commandent en maîtres, et les grands font sentir leur pouvoir.
Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi : celui qui veut devenir grand sera votre serviteur ; et celui qui veut être le premier sera votre esclave.
Ainsi, le FILS de l'Homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner Sa VIE en rançon pour la multitude. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Liens :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Thierry
Webmestre
Webmestre
Thierry

Date d'inscription : 06/12/2009
Age : 53

Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014   Empty
MessageSujet: Re: Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014    Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014   EmptyVen 25 Juil - 12:39

Homélie :

Jésus ne semble pas choqué par la demande de la mère des fils de Zébédée. Il connaît le cœur de l’homme et combien celui-ci ignore son vrai désir, qui ne lui apparaît que sous le travestissement de ses convoitises : « Vous ne savez pas ce que vous demandez ».
Aussi, selon son habitude, le Seigneur va-t-il tenter d’éclairer la demande qui lui est faite afin de conduire son interlocuteur à corriger sa requête : la pédagogie du Maître consiste à distinguer la fin désirée - siéger à sa droite et à sa gauche dans le Royaume - du moyen qui y conduit : « Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ? » Allusion à la Passion, à laquelle les deux frères s’estiment capables de participer. Jésus confirme leur compétence, même s’ils ne sont pas conscients pour le moment de ce que cela implique. Mais il dissocie cette participation indispensable à ses souffrances, de la réalisation de la demande.
En clair : nul n’a accès au Royaume sans passer par la Croix, mais la répartition des places est le privilège du Père et de lui seul. Autrement dit, le désir de la mère des fils de Zébédée doit se soumettre au désir du Père du Fils unique. Plus largement : nos aspirations même les plus nobles, voire religieuses, ont à passer par l’épreuve de la purification au creuset de la soumission à la volonté d’un Autre, qui en corrigeant notre désir, nous invite à sortir de notre narcissisme pour entrer dans la joyeuse dépendance de l’amour.
L’indignation des « dix autres » trahit leur envie et dévoile leurs propres pensées secrètes. Aussi Jésus profite-t-il de cet incident pour mettre ses disciples en garde contre l’ambition désordonnée, celle qui vise au pouvoir sur les autres. Il est tout à fait légitime de vouloir « devenir grand » ou de vouloir « être le premier ». Mais ces termes ne recouvrent pas la même chose dans le Royaume de Dieu et dans celui des hommes. Ceux-ci, précise Jésus, « commandent en maîtres » : le pouvoir les dispense du service ; alors que dans la logique du Royaume, on attend tout au contraire de celui qui détient la première place, qu’il donne l’exemple du service désintéressé. Autrement dit, l’objet de l’ambition droite n’est pas le pouvoir, mais de pouvoir servir les autres dans la charité.
Pour bien faire comprendre la radicalité de l’engagement auquel sont appelés les « grands » dans le Royaume, Jésus cite en exemple « le Fils de l’homme, qui n’est pas venu pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude ». Notre-Seigneur interprète sa Passion comme l’affrontement entre deux logiques : pour maintenir leur pouvoir, les juifs le condamnent ; mais cet abus de pouvoir permet paradoxalement à Jésus d’exercer pleinement le sien. C’est parce qu’il a accepté d’être livré aux mains des hommes qui lui imposent la mort, que le Fils de l’homme a acquis tout pouvoir au ciel et sur la terre de donner la vie.
Le pouvoir de l’homme en ce monde est toujours menacé par un plus fort qui cherche à le supplanter et à lui imposer son joug ; le pouvoir du Christ ne saurait lui être arraché, car en Jésus, Dieu lui-même se livre une fois pour toutes et sans mesure, à tous ceux qui veulent s’en emparer.
Avançons-nous donc avec confiance vers l’autel où Dieu fait grâce, en exerçant en notre faveur son pouvoir de miséricorde.

« Père Saint, nous le croyons : de la même manière que tu as ressuscité Jésus d’entre les morts, “tu nous ressusciteras nous aussi avec lui et tu nous placeras près de lui” dans ton Royaume. Mais la logique ne change pas en passant du Maître au disciple ; pour que “la vie de Jésus soit manifestée dans notre existence mortelle”, nous devons accepter d’être “continuellement livrés à la mort à cause de Jésus” (1ère lect.). Donne-nous le courage de nous engager résolument à sa suite sur le chemin paradoxal de l’amour de charité, qui consiste à “tout donner et à se livrer soi-même” (Sainte Thérèse de Lisieux) au service de nos frères. »
Père Joseph-Marie

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Thierry
Webmestre
Webmestre
Thierry

Date d'inscription : 06/12/2009
Age : 53

Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014   Empty
MessageSujet: Re: Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014    Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014   EmptyVen 25 Juil - 12:57

Méditation :


Vendredi 25 Juillet 2014
Saint Jacques, apôtre
Saint Chistophe, patron des voyageurs



« Ultreïa E suseia » (« Aller plus loin, plus haut », chant des pèlerins de Compostelle)


Evangile selon St Matthieu 20, 20-28
La mère de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, s'approcha de Jésus avec ses fils et se prosterna pour lui faire une demande.
Jésus lui dit : « Que veux-tu ? » Elle répondit : « Voilà mes deux fils : ordonne qu'ils siègent, l'un à ta droite et l'autre à ta gauche, dans ton Royaume. »
Jésus répondit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire ? » Ils lui dirent : « Nous le pouvons. »
Il leur dit : « Ma coupe, vous y boirez ; quant à siéger à ma droite et à ma gauche, il ne m'appartient pas de l'accorder ; il y a ceux pour qui ces places sont préparées par mon Père. »
Les dix autres avaient entendu, et s'indignèrent contre les deux frères.
Jésus les appela et leur dit : « Vous le savez : les chefs des nations païennes commandent en maîtres, et les grands font sentir leur pouvoir.
Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi : celui qui veut devenir grand sera votre serviteur ; et celui qui veut être le premier sera votre esclave.
Ainsi, le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude. »


Prière d'introduction
Esprit Saint, éclaire-nous par ta lumière, pour que nous regardions le Fils et, en lui, nous verrons le Père. Nous t’adorons Trinité des Personnes. Au nom du Père…

Demande
Seigneur, donne-moi l’esprit du pèlerin qui marche derrière Jésus, qui marche avec lui, le cœur au ciel, pour mieux marcher sur cette terre.

Points de réflexion
1. Que dit en soi le texte biblique ? Une lutte de pouvoir qui finit en bagarre apostolique ? « C’est en discutant, en se confrontant, en priant, que se résolvent les conflits dans l’Église » (Pape François). Dans les versets 25-28, Jésus lui-même rappelle à l’ordre ses disciples et nous présente une claire confrontation entre deux royaumes : le Royaume du Fils de l’homme et le royaume de ce monde. La demande de la mère des fils de Zébédée entrecroise les deux et génère le conflit. De la même manière que Jésus expliquera à Pilate la nature de son Royaume (« Mon Royaume n’est pas de ce monde » Jn 18, 36), maintenant il explique à Jean et à Jacques que la dignité dans son Royaume se mesure par la disponibilité à suivre ses pas et à imiter le Fils unique de Dieu, qui a donné sa vie en rançon pour la multitude. Dans un deuxième moment, Jésus explique à tous les apôtres que nos critères, notre mentalité humaine, ne sont pas en accord avec son règne. C’est intéressant de noter que Jésus n’exclut pas la possibilité de chercher la grandeur, la première place dans son Royaume, mais il la contemple à la lumière d’un renversement total des valeurs, œuvre de sa propre vie, de son propre anéantissement sur la croix (v. 28). Ce chemin d’imitation et de transformation de nos vies, à la lumière des valeurs du Royaume, nous est décrit d’une manière pénétrante par saint Paul dans la première lecture : « Nous portons partout et toujours en notre corps les souffrances de mort de Jésus, pour que la vie de Jésus soit, elle aussi, manifestée dans notre corps » (2 Cor 4, 10). Ainsi, la puissance de Dieu brille dans notre faiblesse, la grâce se multiplie pour la gloire de Dieu (v. 15) et nous pouvons chanter les merveilles que le Seigneur a faites pour nous (cf. Ps 126, 3).

2. Que nous dit le texte biblique ? Frédéric Gros dans son livre « Marcher, une philosophie », nous rappelle la caractéristique du pèlerin : « Le pèlerin n’est pas, primitivement, celui qui se rend quelque part (Rome, Jérusalem, etc.), mais d’abord celui qui n’est pas chez lui là où il marche ». C’est souvent notre expérience, quand nous voyons les chefs de ce monde apporter la ruine à ses nations, aveuglés par la force du pouvoir et des idéologies. Nous nous sentons étrangers quand nous voyons ces deux royaumes se confronter. Que faire ? En premier lieu, nous rendre compte que les frontières entre ces deux règnes passent à travers le cœur humain et que pour sauver le monde Jésus a donné sa vie. Le chrétien ne fuit pas le monde, il le confronte avec la croix de Jésus ; son engagement pour le monde est fondé sur l’engagement de Jésus sur la croix, un grand trésor auquel nous offrons nos vases d’argile. La puissance de la croix met en échec la logique du jeu, puisque le chrétien cherche aussi la première place, mais pour servir et donner la vie, soutenu par la grâce de Celui qui a déjà vaincu le monde. Cela implique la transformation spirituelle de notre jugement, un vrai enracinement dans la foi, un homme nouveau. Autrement dit, cela exige du chrétien une attitude de pèlerin ; faire ce « pèlerinage dans les déserts du monde contemporain, au cours duquel il nous faut emporter seulement ce qui est essentiel : ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent et n’ayez pas deux tuniques (cf. Lc 9,3), mais l’Évangile et la foi de l’Église » (Benoît XVI).

3. La rencontre avec la Parole de Dieu, chaque matin, est une expérience d’exode de nous-mêmes, pour aller à la rencontre de la volonté de Dieu et transformer notre manière de penser à la lumière de l’Évangile. La lecture priante de la Parole de Dieu transforme notre manière de voir et de juger la réalité. En plus, dans la liturgie, passerelle vers l’éternité, le chrétien fait l’expérience de sa condition foncière de pèlerin : il ouvre le présent de la réalité qui passe au monde à venir, à l’éternité de Dieu. « Le temps humain, le temps historique, avance vers les noces de Dieu et du monde à la rencontre de la ‘nouvelle cité’ dont la lumière est Dieu lui-même. C’est alors que le temps entrera dans l'éternité » (Benoît XVI).


Dialogue avec le Christ
Jésus, donne-moi un cœur de pèlerin sur cette terre, la liberté de ne rien posséder pour avoir tout, la volonté d’être le dernier pour dépasser et montrer mon amour à tous, la force pour me détourner de moi-même et être accueilli par tous, le détachement pour n’appartenir à personne et pouvoir être à tous, la confiance pour donner ma vie et la retrouver en toi pour l’éternité.

Résolution
Faire avancer les frontières du Royaume de Dieu dans mon cœur, l’évangéliser, pardonnant à une personne qui m’a blessé cette année.

Frère Roger Villegas, LC

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014   Empty
MessageSujet: Re: Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014    Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014   Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Textes Liturgiques du jour : 25 Juillet 2014
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pierres Vivantes :: LITURGIE - BIBLE :: Lectures du jour - Homélies :: Messe du jour-
Sauter vers: