Pierres Vivantes

Partageons la vie de Jésus Berger pour tous
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Information : Bonjour à toutes et tous. Etant donné le peu de personnes parcourant quotidiennement ce forum, peut être est il plus bénéfique, pour ceux et celles qui le souhaitent, de nous rassembler sous une seule bannière, qui est celle du site : http://www.forumreligioncatholique.com/forum ...
Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 43 le Dim 14 Mai - 15:40
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Rosaire
Mystères joyeux
Mystères lumineux
Mystèresdouloureux
Mystères glorieux


Partagez
 

 Textes Liturgiques et commentaire du jour : 4 Juillet 2014

Aller en bas 
AuteurMessage
Nicolas

Nicolas

Date d'inscription : 12/06/2014
Age : 48

Textes Liturgiques et commentaire du jour : 4 Juillet 2014   Empty
MessageSujet: Textes Liturgiques et commentaire du jour : 4 Juillet 2014    Textes Liturgiques et commentaire du jour : 4 Juillet 2014   EmptyVen 4 Juil - 7:40

Vendredi 4 Juillet 2014


Sainte Élisabeth de Portugal
Morte en 1336. Épouse du roi Denis de Portugal, mère de famille exemplaire, elle oeuvra pour la paix et fut une grande amie des pauvres.


13ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A





(Première lecture)
Livre d’Amos 8 : 4 à 6, 9 à 12


Ceux qui ont méprisé la Parole de DIEU en seront privés pour toujours

Écoutez ceci, vous qui écrasez le pauvre pour anéantir les humbles du pays,
car vous dites : « Quand donc la fête de la nouvelle lune sera-t-elle passée, pour que nous puissions vendre notre blé ? Quand donc le sabbat sera-t-il fini, pour que nous puissions écouler notre froment ? Nous allons diminuer les mesures, augmenter les prix, et fausser les balances. Nous pourrons acheter le malheureux pour un peu d'argent, le pauvre pour une paire de sandales. Nous vendrons jusqu'aux déchets du froment ! »

Parole du SEIGNEUR DIEU : Quand arrivera Mon Jour, Je ferai disparaître le soleil en plein midi, en plein jour, J'obscurcirai la lumière sur la Terre. Je changerai vos fêtes en deuil, tous vos chants en lamentations ; Je vous obligerai tous à mettre un vêtement de pénitence, à vous raser la tête. Je mettrai ce pays en deuil comme pour un fils unique, et, dans la suite des jours, il connaîtra l'amertume.
Voici venir des jours, déclare le SEIGNEUR DIEU, où J'enverrai la famine sur la Terre ; ce ne sera pas une faim de pain ni une soif d'eau, mais la faim et la soif d'entendre les Paroles du SEIGNEUR. On se traînera d'une mer à l'autre, marchant à l'aventure du nord au levant, pour chercher en tout lieu la Parole du SEIGNEUR, mais on ne La trouvera pas.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Mystère et Merveille de la LOI de DIEU


[Psaume 118 (119), entièrement]




Psaume 118 (119) : 2 et 10, 20 et 30, 40 et 131


R/ L'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute Parole venant de la BOUCHE de DIEU.

Heureux ceux qui gardent les Paroles de DIEU,
et LE cherchent de tout cœur !
De tout mon cœur, je TE cherche, SEIGNEUR ;
garde-moi de fuir Tes VOLONTÉS.
R/

Mon âme a brûlé de désir
en tout temps pour Tes DÉCISIONS.
J'ai choisi la voie de la fidélité,
je m'ajuste à Tes DÉCISIONS.
R/

Vois, j'ai désiré Tes PRÉCEPTES :
par Ta JUSTICE, fais-moi vivre.
La bouche grande ouverte, j'aspire,
assoiffé de Tes VOLONTÉS.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 9 : 9 à 13

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia. Auprès du SEIGNEUR est la GRÂCE, en LUI, Toute MISÉRICORDE. Alléluia. (cf. Ps 129, 7)



JÉSUS appelle le publicain Matthieu et tous les pécheurs

JÉSUS, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d'impôts). IL lui dit : « Suis-Moi. » L'homme se leva et LE suivit.

Comme JÉSUS était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent prendre place avec LUI et Ses Disciples.
Voyant cela, les pharisiens disaient aux Disciples : « Pourquoi votre MAÎTRE mange-t-IL avec les publicains et les pécheurs ? »
JÉSUS, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que veut dire cette Parole : C'est la MISÉRICORDE que Je désire, et non les sacrifices. Car Je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Évangile + commentaire (audio)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]








Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Liens :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Thierry
Webmestre
Webmestre
Thierry

Date d'inscription : 06/12/2009
Age : 53

Textes Liturgiques et commentaire du jour : 4 Juillet 2014   Empty
MessageSujet: Re: Textes Liturgiques et commentaire du jour : 4 Juillet 2014    Textes Liturgiques et commentaire du jour : 4 Juillet 2014   EmptyVen 4 Juil - 13:05


Homélie

Jésus appelle Matthieu. Il passe et il appelle celui qui ne l’a pas vu. Son appel est gratuit. Personne n’est exclu a priori. Ce n’est pas aux mérites, aucun critère sinon le choix, royal, de Jésus. Il donne l’appel et il donne d’y répondre. Matthieu se lève aussitôt.

Rien ne laisse supposer qu’ils se soient déjà rencontrés, Matthieu n’a pas vu Jésus. Jésus, le voit, il le connaît et il l’appelle par son nom. Il n’y aucune initiative de la part de Matthieu, qui est assis, assis parce qu’il a succombé à la séduction de l’avoir et du pouvoir, à la séduction des biens matériels et de la bonne situation sociale. Matthieu est assis parce que, quelque part, il a trahi son statut de fils d’Israël.

L’appel est immédiatement suivi de son effet, parce qu’il réveille en Matthieu un appel plus profond, un appel qui vibre en lui depuis toujours et contre lequel il a peut-être lutté, ou bien qu’il a laissé s’enfouir par paresse ou par attrait de la facilité. Mais, puisqu’il a succombé à l’attrait de l’argent, on peut supposer que c’est par facilité. Avoir de l’argent pour l’argent, c’est la réalisation du désir infantile de ne rien voir s’opposer à sa volonté propre. Je le veux, je l’ai. Une auto divinisation du moi en quelque sorte.

Et Jésus le rejoint dans cette quête éperdue et perdu : « Suis-moi ». Jésus le veut et cela produit. Aussitôt, sans délai. Voilà qui réveille en Matthieu le désir le plus profond qui l’habite. Jésus le rejoint dans ses désirs dévoyés et immatures et lui montre comme un homme le vit. Si je cherche à accomplir la volonté de Dieu, elle se produit, aussitôt. Et cela ouvre au bonheur ! Le bonheur d’être proche de Jésus, de devenir un ami du Maître.

Et Matthieu laisse tout. Mais considérons aussi le groupe de publicains qui se joint à Mathieu. Il entraîne tous ses amis, ou bien sa conversion suffit à déclencher celle des autres. Voilà une exigence première pour nous. La conversion comme acte de responsabilité ecclésiale.

C’est pourquoi les pharisiens n’ont rien compris. Ils s’excluent eux-mêmes, ils restent dans le domaine du savoir, eux qui appellent Jésus « Maître », et déclenchent une polémique. Or Jésus leur répond sur le registre de la pratique, il parle des malades qu’il faut soigner. Ceux qui offrent des sacrifices sont ceux qui ne sont pas passés à la pratique. Ils ont conscience de leur dette envers Dieu, ils voient leur maladie, mais ils ne comprennent pas le besoin impérieux où ils se trouvent d’aller chez le médecin. Or seule la miséricorde rend libre car elle libère gratuitement.

A contrario, ne faisons pas comme les pharisiens, ne créons pas une logique exclusive entre miséricorde et sacrifice qui réduirait le sacrifice à un rite obsolète. Il faut se laisser transformer par l’évangile et guérir par le médecin dont nous avons besoin. Là où est le sacrifice, il faut faire advenir la miséricorde. Ainsi Jésus s’intéresse-t-il aux pécheurs et non aux justes, car le point de départ du pécheur est le sacrifice, le règlement onéreux de ce qu’il doit. Jésus désire que le pécheur se rende compte que cette position initiale est imaginaire, et l’invite, l’appelle, à cheminer vers une autre position, celle où le prix à payer est à recevoir.

Voilà qui ouvre bien des horizons. L’homme n’est pas un éternel endetté envers son Dieu, il est un fils gratifié. Seigneur fais-nous vivre dans la logique de ta miséricorde. Donne-nous de savoir accepter le don qui nous est fait. Donne-nous toujours d’honorer l’invitation qui nous est faite de prendre place à ta table et de partager le pain de la vie éternelle.
Frère Dominique

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 
Textes Liturgiques et commentaire du jour : 4 Juillet 2014
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pierres Vivantes :: LITURGIE - BIBLE :: Lectures du jour - Homélies :: Messe du jour-
Sauter vers: