Pierres Vivantes

Partageons la vie de Jésus Berger pour tous
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Information : Bonjour à toutes et tous. Etant donné le peu de personnes parcourant quotidiennement ce forum, peut être est il plus bénéfique, pour ceux et celles qui le souhaitent, de nous rassembler sous une seule bannière, qui est celle du site : http://www.forumreligioncatholique.com/forum ...
Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 43 le Dim 14 Mai - 15:40
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Rosaire
Mystères joyeux
Mystères lumineux
Mystèresdouloureux
Mystères glorieux


Partagez
 

 Textes Liturgiques et commentaire du jour : 16 Juin 2014

Aller en bas 
AuteurMessage
Nicolas

Nicolas

Date d'inscription : 12/06/2014
Age : 48

Textes Liturgiques et commentaire du jour : 16 Juin 2014   Empty
MessageSujet: Textes Liturgiques et commentaire du jour : 16 Juin 2014    Textes Liturgiques et commentaire du jour : 16 Juin 2014   EmptyLun 16 Juin - 7:56

Lundi 16 Juin 2014

De la férie

11ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert )
Année A





(Première lecture)
Premier Livre des Rois 21 : 1 à 16


Le roi et la reine tuent Naboth pour s'emparer de sa vigne

Naboth, de la ville d'Isréel, possédait une vigne à côté du palais d'Acab, roi de Samarie.
Acab dit un jour à Naboth : « Cède-moi ta vigne ; elle me servira de jardin potager, car elle est juste à côté de ma maison ; je te donnerai en échange une vigne meilleure, ou, si tu préfères, je te donnerai l'argent qu'elle vaut. »
Naboth répondit à Acab : « Que le SEIGNEUR me préserve de te céder l'héritage de mes pères ! »
Acab retourna chez lui sombre et irrité, parce que Naboth lui avait dit : « Je ne te céderai pas l'héritage de mes pères. » Il se coucha sur son lit, tourna son visage vers le mur, et refusa de manger.
Sa femme Jézabel vint lui dire : « Pourquoi es-tu de mauvaise humeur ? Pourquoi ne veux-tu pas manger ? »
Il répondit : « J'ai parlé à Naboth d'Isréel. Je lui ai dit : 'Cède-moi ta vigne pour de l'argent, ou, si tu préfères, pour une autre vigne en échange.' Mais il a répondu : 'Je ne te céderai pas ma vigne !' »
Alors sa femme Jézabel lui dit : « Est-ce que tu es le roi d'Israël, oui ou non ? Lève-toi, mange, et retrouve ta bonne humeur : moi, je vais te donner la vigne de Naboth. »
Elle écrivit des lettres au nom d'Acab, elle les scella du sceau royal, et elle les adressa aux anciens et aux notables de la ville où habitait Naboth.
Elle avait écrit dans ces lettres : « Proclamez un jeûne, faites comparaître Naboth devant le peuple. Placez en face de lui deux individus sans scrupules, qui témoigneront contre lui : 'Tu as maudit DIEU et le roi !' Ensuite, faites-le sortir de la ville, lapidez-le, et qu'il meure ! »
Les anciens et les notables qui habitaient la ville de Naboth firent ce que Jézabel avait ordonné dans ses lettres.
Ils proclamèrent un jeûne et firent comparaître Naboth devant le peuple.
Alors arrivèrent les deux individus qui se placèrent en face de lui et portèrent contre lui ce témoignage : « Naboth a maudit DIEU et le roi. » On fit sortir Naboth de la ville, on le lapida, et il mourut.
Puis on envoya dire à Jézabel : « Naboth a été lapidé et il est mort. »
Lorsque Jézabel en fut informée, elle dit à Acab : « Va, prends possession de la vigne de ce Naboth qui a refusé de la céder pour de l'argent, car il n'y a plus de Naboth : il est mort. »
Quand Acab apprit que Naboth était mort, il se rendit à la vigne de Naboth et en prit possession.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







Prière d’un homme reçu chez le SEIGNEUR


Du répertoire du chef de chorale. Avec accompagnement de flûtes. Psaume appartenant au recueil de David.

[Psaume 5, entièrement]




Psaume 5 : 2 et 3, 5 et 6ab, 6c et 7

R/ Écoute ma plainte, SEIGNEUR.

Écoute mes paroles, SEIGNEUR,
comprends ma plainte ;
entends ma voix qui T'appelle,
Ô mon ROI et mon Dieu !
R/

TU n'es pas un DIEU ami du mal,
chez TOI, le méchant n'est pas reçu.
Non, l'insensé ne tient pas
devant Ton REGARD.
R/

TU détestes tous les malfaisants,
TU extermines les menteurs ;
l'homme de ruse et de sang,
le SEIGNEUR le hait.
R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris






Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 5 : 38 à 42

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia. Ta PAROLE, SEIGNEUR : une LAMPE pour guider nos pas, une LUMIÈRE sur la route ! Alléluia. (cf. Ps 118, 105)



Discours sur la montagne : la nouvelle justice face à la Loi du talion

Comme les Disciples s"étaient rassemblés autour de JÉSUS, sur la montagne, IL leur disait : « Vous avez appris qu'il a été dit : Œil pour œil, dent pour dent.
Eh bien Moi, Je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l'autre.
Et si quelqu'un veut te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau.
Et si quelqu'un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui.
Donne à qui te demande ; ne te détourne pas de celui qui veut t'emprunter. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Évangile + commentaire (audio)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]









Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Liens :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Thierry
Webmestre
Webmestre
Thierry

Date d'inscription : 06/12/2009
Age : 53

Textes Liturgiques et commentaire du jour : 16 Juin 2014   Empty
MessageSujet: Re: Textes Liturgiques et commentaire du jour : 16 Juin 2014    Textes Liturgiques et commentaire du jour : 16 Juin 2014   EmptyLun 16 Juin - 16:23

Homélie

Dans le livre de la Genèse, nous entendons Lamek qui s’exprime ainsi devant ses femmes Ada et Cilla : « J’ai tué un homme pour une blessure, un enfant pour une meurtrissure. C’est que Caïn est vengé sept fois, mais Lamek, soixante-dix-sept fois » (Gn 4, 23-24). L'Ecriture nous met ici face à la réaction spontanée de l'homme devant le mal qui lui est infligé : la vengeance, qui ne tarde pas à prendre des proportions démesurées.

Dans le livre de l’Exode, la loi du talion voudra limiter le déchainement de la passion vengeresse de l’homme et mesurer la juste compensation d’une offense : « Vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied » (Dt 19, 21). Un œil (et non pas deux !) pour un œil ; une dent (et non pas la mâchoire !) pour une dent abîmée… Mais une telle codification, si elle est déjà un progrès dans la compréhension de la justice, n’est pas pour autant assez puissante pour éliminer tout désir de vengeance du cœur d’un homme.

Jésus va aller plus loin. Prenant appui sur la loi de sainteté (cf. Lv 19, 17s), il va l’étendre au-delà des frères de race et commander de « ne pas riposter au méchant » (Mt 5, 39). Au cœur de son discours sur la montagne, Jésus donne une orientation décisive à ceux qui ont choisi de vivre selon l’esprit des béatitudes et qui savent pertinemment que le coup rendu ne signifie pas la fin du conflit mais au contraire le début d’une réaction en chaîne où la violence appelle la violence.

« Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre » (Mt 5, 39). Seigneur, faudrait-il supporter l’injustice ? Le Christ est le premier à avoir vécu les béatitudes. Dans les évangiles, le seul passage où il reçoit une gifle c’est devant le grand prêtre, après son arrestation (cf. Jn 18, 22). Pourtant, à aucun moment de cet épisode, il ne tend l’autre joue. Nous inviterait-il donc à une attitude que lui-même n’a pas mise en pratique ?
Notons qu’en tout cas, Jésus ne renchérira pas par la violence. A celui qui vient de le frapper, il pose seulement une question : « Si j’ai mal parlé, témoigne de ce qui est mal ; mais si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? » (Jn 18, 23). Jésus tend bien ici l’autre joue : celle de la vérité. Il renvoie celui qui l’a giflé à la vérité de son geste et derrière celui-ci à la vérité de sa personne. Autrement dit, Jésus n’invite pas à tolérer et à se taire devant l’injustice. Mais en même temps, Jésus ne refuse pourtant pas d’avancer plus avant dans le procès profondément injuste qu’on lui inflige. Pourquoi ? Parce qu’il nous a déjà accordé son pardon et parce qu’il n’est pas de plus grande expression de sa miséricorde pour nous que de donner sa vie pour nous au terme d’une passion profondément injuste.

Témoigner de Jésus ce n’est sans doute pas se taire devant la violence mais c’est aussi être prêt à la prendre sur soi jusqu’au bout. C’est être prêt à aller jusqu’à ce geste provocant et désarmant devant le violent de lui tendre l’autre joue. C’est être prêt à donner à celui qui veut nous l’arracher, ce que la loi interdit d’enlever au malheureux : son manteau (Mt 5, 40).

L’exemple du Christ qui, « insulté, n’a pas rendu l’insulte » (1 P 2, 23), nous bouleverse. En nous commandant de pardonner à nos ennemis, il nous invite à « être vainqueur du mal par le bien » (cf. Rm 12, 21). La vraie justice fait la vérité dans la miséricorde.

"Seigneur, nous reconnaissons que nous avons encore beaucoup de chemin à faire mais nous ne désespérons pas. Sur cette route, toi-même nous a précédés. Convertis nos cœurs si souvent prompts à rendre le mal pour le mal et fais de nous de véritables apôtres de justice et de paix."
Frère Elie

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 
Textes Liturgiques et commentaire du jour : 16 Juin 2014
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pierres Vivantes :: LITURGIE - BIBLE :: Lectures du jour - Homélies :: Messe du jour-
Sauter vers: