Pierres Vivantes

Partageons la vie de Jésus Berger pour tous
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Information : Bonjour à toutes et tous. Etant donné le peu de personnes parcourant quotidiennement ce forum, peut être est il plus bénéfique, pour ceux et celles qui le souhaitent, de nous rassembler sous une seule bannière, qui est celle du site : http://www.forumreligioncatholique.com/forum ...
Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 8 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 43 le Dim 14 Mai - 15:40
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Rosaire
Mystères joyeux
Mystères lumineux
Mystèresdouloureux
Mystères glorieux


Partagez
 

 Liturgie du 13/09/2011

Aller en bas 
AuteurMessage
marielle

marielle

Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 48

Liturgie du 13/09/2011 Empty
MessageSujet: Liturgie du 13/09/2011   Liturgie du 13/09/2011 EmptyLun 12 Sep - 23:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le mardi de la 24e semaine du temps ordinaire





Première lettre de saint Paul Apôtre
à Timothée 3, 1-13



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Voici une parole sûre : vouloir devenir responsable d'une communauté d'Église, c'est désirer une très belle tâche. Un responsable de communauté doit être irréprochable, époux d'une seule femme, homme mesuré, raisonnable et réfléchi, ouvrant sa maison à tous, capable d'enseigner, ni buveur ni violent, mais plein de sérénité, pacifique et désintéressé. Il faut qu'il mène bien sa propre famille, qu'il se fasse écouter et respecter par ses enfants. Car un homme qui ne sait pas mener sa propre famille, comment pourrait-il prendre en charge une Église de Dieu ? Il ne doit pas être un nouveau converti ; sinon il pourrait se gonfler d'orgueil, et tomber sous la même condamnation que le démon. Il faut aussi que les gens du dehors portent sur lui un bon témoignage, pour qu'il échappe au mépris des hommes et aux pièges du démon. Les diacres doivent eux aussi mériter le respect, n'avoir qu'une parole, ne pas s'adonner à la boisson, refuser les profits malhonnêtes, garder le mystère de la foi dans une conscience pure. On les mettra d'abord à l'épreuve ; ensuite, s'il n'y a rien à leur reprocher, on les prendra comme diacres. Pour les femmes, c'est la même chose : elles doivent mériter le respect, n'être pas médisantes, mais mesurées et fidèles en tout. On choisira comme diacre l'époux d'une seule femme, un homme qui mène bien ses enfants et sa propre famille. Les diacres qui remplissent bien leur ministère sont très estimables et peuvent avoir beaucoup d'assurance grâce à leur foi au Christ Jésus.




Psaume 101 (100), 1-3ab ; 5-6

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Je chanterai justice et bonté :
à toi mes hymnes, Seigneur !
J'irai par le chemin le plus parfait ;
quand viendras-tu jusqu'à moi ?

Je marcherai d'un cœur parfait
avec ceux de ma maison ;
je n'aurai pas même un regard
pour les pratiques démoniaques.

Qui dénigre en secret son prochain,
je le réduirai au silence ;
le regard hautain, le cœur ambitieux,
je ne peux les tolérer.

Mes yeux distinguent les hommes sûrs du pays :
ils siégeront à mes côtés ;
qui se conduira parfaitement
celui-là me servira.





Évangile de Jésus-Christ
selon saint Luc 7, 11-17


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Jésus se rendait dans une ville appelée Naïm.
Ses disciples faisaient route avec lui, ainsi qu'une grande foule.
Il arriva près de la porte de la ville au moment où l'on transportait un mort pour l'enterrer ; c'était un fils unique, et sa mère était veuve. Une foule considérable accompagnait cette femme.
En la voyant, le Seigneur fut saisi de pitié pour elle, et lui dit : « Ne pleure pas. »
Il s'avança et toucha la civière ; les porteurs s'arrêtèrent, et Jésus dit : « Jeune homme, je te l'ordonne, lève-toi. »
Alors le mort se redressa, s'assit et se mit à parler. Et Jésus le rendit à sa mère.
La crainte s'empara de tous, et ils rendaient gloire à Dieu : « Un grand prophète s'est levé parmi nous, et Dieu a visité son peuple. »
Et cette parole se répandit dans toute la Judée et dans les pays voisins.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Commentaire du jour


Saint Fulgence de Ruspe (467-532),
évêque en Afrique du Nord
Le Pardon des péchés ; CCL 91A, 693
(trad. bréviaire 33e lun rev.)




« Je te l'ordonne, lève-toi »


« En un instant, en un clin d'œil, quand retentira le signal au dernier jour, car il retentira, les morts ressusciteront, impérissables ; et nous, nous serons transformés. » En disant « nous », saint Paul parle de ceux qui recevront le don de la transformation future, c'est-à-dire de ses compagnons dans la communion de l'Église et dans une vie droite. Il suggère la nature de cette transformation quand il continue : « Il faut que ce qui est périssable en nous devienne impérissable ; il faut que ce qui est mortel revête l'immortalité » (1Co 15, 52-53). Pour recevoir alors cette transformation en juste récompense, il faut qu'elle soit précédée maintenant par la transformation qui vient de l'abondance de la grâce...

Dans la vie présente, c'est donc la grâce qui agit, afin que la justification, par laquelle nous ressuscitons spirituellement, commence cette transformation ; et ensuite, à la résurrection du corps qui achève la transformation des hommes justifiés, la glorification demeurera parfaite... La grâce de la justification d'abord, et ensuite celle de la glorification les transforme de telle sorte que la glorification demeure en eux immuable et éternelle.

En effet, ils sont transformés ici-bas par cette première résurrection, celle qui les éclaire pour qu'ils se convertissent. Par elle, ils passent de la mort à la vie, du péché à la justice, de l'incroyance à la foi, d'une conduite mauvaise à une vie sainte. C'est pourquoi la seconde mort est sans pouvoir sur eux. L'Apocalypse dit à leur sujet : « Heureux ceux qui ont part à la première résurrection : la seconde mort est sans pouvoir sur eux » (20, 6)... Aussi chacun doit se hâter de participer à la première résurrection, s'il ne veut pas être condamné au châtiment de la seconde mort. Ceux qui, transformés en cette vie par leur respect pour Dieu, passent d'une vie mauvaise à une vie bonne, passent de la mort à la vie ; et ensuite, leur vie de misère sera transformée en vie de gloire.

Commentaire du Mardi 13 Septembre de l'Evangile Au Quotidien


Revenir en haut Aller en bas
http://douleurchronique.xooit.fr/portal.php
marielle

marielle

Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 48

Liturgie du 13/09/2011 Empty
MessageSujet: Liturgie du 13/09/2011   Liturgie du 13/09/2011 EmptyMar 13 Sep - 0:02

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

De la mort à la vie



Évangile de Jésus-Christ
selon saint Luc 7, 11-17


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Jésus se rendait dans une ville appelée Naïm.
Ses disciples faisaient route avec lui, ainsi qu'une grande foule.
Il arriva près de la porte de la ville au moment où l'on transportait un mort pour l'enterrer ; c'était un fils unique, et sa mère était veuve. Une foule considérable accompagnait cette femme.
En la voyant, le Seigneur fut saisi de pitié pour elle, et lui dit : « Ne pleure pas. »
Il s'avança et toucha la civière ; les porteurs s'arrêtèrent, et Jésus dit : « Jeune homme, je te l'ordonne, lève-toi. »
Alors le mort se redressa, s'assit et se mit à parler. Et Jésus le rendit à sa mère.
La crainte s'empara de tous, et ils rendaient gloire à Dieu : « Un grand prophète s'est levé parmi nous, et Dieu a visité son peuple. »
Et cette parole se répandit dans toute la Judée et dans les pays voisins.




Prière d'introduction
Jésus, quelle joie et quel cadeau de disposer
de ce temps pour être avec toi ce matin !
Je veux te connaître plus profondément.
Je veux espérer en toi plus fermement.
Je veux t'aimer avec une plus grande constance.
Toi seul peux me donner ces cadeaux.
Toi seul peux faire de moi un apôtre audacieux et joyeux.



Demande
Seigneur Jésus, que je demeure
toujours en état de grâce.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]





Points de réflexion


1. Compatissant et miséricordieux.

Nous entendons souvent parler de la miséricorde de Dieu, mais elle peut sembler énigmatique et loin de nos préoccupations du quotidien, jusqu'à ce que nous méditions sur un Evangile comme celui-ci. Imaginons Jésus, entouré de beaucoup de disciples enthousiastes, rencontrant ce cortège funèbre à la porte de la ville. Il s’arrête, il se tait, et il se concentre sur la mère affligée qui a perdu son fils unique. Luc explique que Jésus " fut ému de compassion. " Jésus, en sa nature humaine, a ressenti beaucoup de compassion pour cette femme en deuil. Il " sent sa douleur." Combien plus Jésus en sa nature divine comprend la douleur physique, émotionnelle ou spirituelle que chacun de nous rencontre dans nos vies quotidiennes. Comme dans le cas de cette veuve, il rejoint chacun de nous avec compassion et opérera un miracle si nous le laissons faire. Parfois le miracle sera de soulager notre douleur, comme il l'a fait pour la veuve dans ce passage d'évangile. Parfois le miracle sera de pardonner nos péchés, parfois il sera de nous donner les forces pour supporter notre douleur, et pour emmener plus d'âmes-y compris la notre -au bonheur Eternel dans son royaume.


2. La joie de l'Eglise.
L'Eglise, souvent appelée " la Sainte Mère l'Eglise, " se réjouit quand ses enfants pécheurs reviennent à une vie de grâce par le sacrement de réconciliation. Pour saint Ambroise et saint Augustin, cet Evangile est l'illustration de cette vérité. Saint Ambroise nous explique que l'Eglise est une mère qui intervient pour chacun de ses enfants comme cette veuve pour son fils (Commentaire sur l'Evangile de saint Luc, V, 92). Saint Augustin précise : " La
veuve s'est réjouie du retour à la vie de ce jeune homme ¦ Notre Mère
l'Eglise se réjouit à chaque fois que des personnes ressuscitent en
esprit. Le jeune homme était mort physiquement ; le pécheur est mort
spirituellement. La mort du jeune homme a visiblement créé des
lamentations ; la mort du pécheur reste invisible et il n'y a pas de
deuil. Le Seigneur recherche ceux qui sont morts ; lui seul peut les
faire revenir à la vie
" (Homélies, 98, 2)



3. Ressuscité de mort spirituelle.
Le Christ, dans sa miséricorde infinie, veut la vie éternelle pour chacun de nous. Le trésor de sa compassion est inépuisable, comme nous le dit sainte Faustine. En sa grande miséricorde, Jésus a donné à ses prêtres le pouvoir de pardonner les péchés sur terre (Jean 20, 22-23).
Quand nos péchés vénielles sont confessés et pardonnés, nous recevons
plus de grâce (une plus grande part dans la vie divine de la Trinité) et
nous nous rapprochons du Christ, recevant ainsi la force d'éviter le
péché mortel. Quand nos péchés mortels sont confessés et pardonnés, non
seulement nous recevons la grâce et nous nous rapprochons du Christ,
mais nous sommes sauvés du plus mauvais des sorts, à savoir, la mort
spirituelle, la mort éternelle de notre âme. Louons Dieu ! Ce n'est pas
étonnant que notre Mère l'Eglise se réjouisse.





Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, le sacrement de réconciliation
m'a fait revenir de la mort spirituelle tant de fois.
Je ne peux même pas imaginer mon agonie si j'avais
à porter le poids de mes péchés pour le reste de ma vie,
et encore moins de vivre loin de ton amitié.
Par la confession, j'ai la certitude d'être pardonné,
et tu redonnes la paix à mon âme.
Ne permets pas que mon orgueil et ma honte
m'empêche de tirer profit de ce beau sacrement,
le sacrement de la liberté.



Résolution
Je prendrai au moins cinq minutes
pour examiner ma conscience aujourd'hui
en prévision pour ma prochaine confession,
ue je programmerai pour cette semaine.


Méditation du Mardi 13 Septembre 2011 de Catho.org


Revenir en haut Aller en bas
http://douleurchronique.xooit.fr/portal.php
Invité
Invité



Liturgie du 13/09/2011 Empty
MessageSujet: Re: Liturgie du 13/09/2011   Liturgie du 13/09/2011 EmptyMar 13 Sep - 7:57

Mardi 13/9/2011
Saint Jean Chrysostome, Evêque et Docteur de l’Eglise
24ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc)
Année A





Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 7 : 11à17


JÉSUS rend la vie au fils de la veuve de Naïm



Évangile + commentaire (audio)
http://www.radio-fidelite.com/evangcom.php?jour=256


You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.



Lien vidéo :
http://webtvcn.fr/?p=46203

Vu et écouté sur le site :
http://www.webtvcn.eu/









Amicalement, fraternellement
Nicolas
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Liturgie du 13/09/2011 Empty
MessageSujet: Re: Liturgie du 13/09/2011   Liturgie du 13/09/2011 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Liturgie du 13/09/2011
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pierres Vivantes :: LITURGIE - BIBLE :: Lectures du jour - Homélies :: Messe du jour-
Sauter vers: