Pierres Vivantes

Partageons la vie de Jésus Berger pour tous
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Information : Bonjour à toutes et tous. Etant donné le peu de personnes parcourant quotidiennement ce forum, peut être est il plus bénéfique, pour ceux et celles qui le souhaitent, de nous rassembler sous une seule bannière, qui est celle du site : http://www.forumreligioncatholique.com/forum ...
Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 43 le Dim 14 Mai - 15:40
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Rosaire
Mystères joyeux
Mystères lumineux
Mystèresdouloureux
Mystères glorieux


Partagez
 

 Textes du jour et commentaires : Samedi 25 Juin 2011

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Textes du jour et commentaires : Samedi 25 Juin 2011 Empty
MessageSujet: Textes du jour et commentaires : Samedi 25 Juin 2011   Textes du jour et commentaires : Samedi 25 Juin 2011 EmptySam 25 Juin - 8:15

Samedi 25/6/2011
Bienheureuse VIERGE MARIE

De la férie
12ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert)
Année A




Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique
http://www.aelf.org/office-messe?date_my=25/06/2011

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/



Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 8 : 5à17


JÉSUS guérit le serviteur du centurion


Évangile + commentaire (audio)
http://www.radio-fidelite.com/evangcom.php?jour=176


You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.



Lien vidéo :
http://webtvcn.fr/?p=44317

Vu et écouté sur le site :
http://www.webtvcn.eu/









Amicalement, fraternellement
Nicolas
Revenir en haut Aller en bas
marielle

marielle

Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 48

Textes du jour et commentaires : Samedi 25 Juin 2011 Empty
MessageSujet: Re: Textes du jour et commentaires : Samedi 25 Juin 2011   Textes du jour et commentaires : Samedi 25 Juin 2011 EmptySam 25 Juin - 14:37

année : A | impaire
temps : temps ordinaire
semaine : samedi, 12ème semaine
couleur : Vert
Lectures choisies : Férie
Fêtes à souhaiter : Nora ; Eléonore ; Prosper ; Salomon



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Livre de la Genèse 18, 1-15
Cantique Évangile de Jésus-Christ
selon saint Luc 1, 46b-50 ; 53-55
Évangile de Jésus-Christ selon
saint Matthieu 8, 5-17


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Livre de la Genèse 18, 1-15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham, qui était assis à l'entrée de la tente. C'était l'heure la plus chaude du jour. Abraham leva les yeux, et il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui. Aussitôt, il courut à leur rencontre, se prosterna jusqu'à terre et dit : « Seigneur, si j'ai pu trouver grâce à tes yeux, ne passe pas sans t'arrêter près de ton serviteur. On va vous apporter un peu d'eau, vous vous laverez les pieds, et vous vous étendrez sous cet arbre. Je vais chercher du pain, et vous reprendrez des forces avant d'aller plus loin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur!
» Ils répondirent : « C'est bien. Fais ce que tu as dit. » Abraham se hâta d'aller trouver Sara dans sa tente, et il lui dit : « Prends vite trois grandes mesures de farine, pétris la pâte et fais des galettes. » Puis Abraham courut au troupeau, il prit un veau gras et tendre, et le donna à un serviteur, qui se hâta de le préparer. Il prit du fromage blanc, du lait, le veau qu'on avait apprêté, et les déposa devant eux ; il se tenait debout près d'eux, sous l'arbre, pendant qu'ils mangeaient. Ils lui demandèrent : « Où est Sara, ta femme ? » Il répondit : « Elle est à l'intérieur de la tente. » Le voyageur reprit : « Je reviendrai chez toi dans un an, et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils. » Or, Sara écoutait par derrière, à l'entrée de la tente. (Abraham et Sara étaient très avancés en âge, et Sara était vraiment une vieille femme.) Elle se mit à rire silencieusement ; elle se disait : « J'ai pourtant passé l'âge de l'amour, et mon seigneur est un vieillard! » Le Seigneur Dieu dit à Abraham : « Pourquoi Sara a-t-elle ri, en disant : ' Est-ce que vraiment j'aurais un enfant, vieille comme je suis ? ' Y-a-t-il une merveille que le Seigneur ne puisse accomplir ? Au moment fixé, je reviendrai chez toi, et dans un an, Sara aura un fils. » Saisie de crainte, Sara se défendit en disant : « Je n'ai pas ri. » Mais le Seigneur répliqua : « Si, tu as ri. »



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Cantique Évangile de Jésus-Christ
selon saint Luc 1, 46b-50 ; 53-55

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s'est penché sur son humble servante ;
désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom!
Son amour s'étend d'âge en âge
sur ceux qui le craignent.
Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur,
il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères,
en faveur d'Abraham et de sa race à jamais. »



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 8, 5-17

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jésus était entré à Capharnaüm ; un centurion de l'armée romaine vint à lui et le supplia : « Seigneur, mon serviteur est au lit, chez moi, paralysé, et il souffre terriblement. » Jésus lui dit : « Je vais aller le guérir. » Le centurion reprit : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. Ainsi, moi qui suis soumis à une autorité, j'ai des soldats sous mes ordres ; je dis à l'un : 'Va', et il va, à un autre : ' Viens ', et il vient, et à mon esclave : ' Fais ceci ', et il le fait. » A ces mots, Jésus fut dans l'admiration et dit à ceux qui le suivaient : « Amen, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n'ai trouvé une telle foi. Aussi je vous le dis : Beaucoup viendront de l'orient et de l'occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du Royaume des cieux, et les héritiers du Royaume seront jetés dehors dans les ténèbres ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. » Et Jésus dit au centurion : « Rentre chez toi, que tout se passe pour toi selon ta foi. » Et le serviteur fut guéri à cette heure même. Comme Jésus entrait chez Pierre, il vit sa belle-mère couchée avec de la fièvre. Il lui prit la main, et la fièvre la quitta. Elle se leva, et elle le servait. Le soir venu, on lui amena beaucoup de possédés ; il chassa les esprits par sa parole et il guérit tous les malades. Ainsi devait s'accomplir la parole prononcée par le prophète Isaïe : Il a pris nos souffrances, il a porté nos maladies.
Lien : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Commentaire du jour

Concile Vatican II

Message aux pauvres, aux malades,
à tous qui ceux qui souffrent




« Il a pris nos souffrances, il a porté nos maladies »

Pour vous tous, frères éprouvés, visités par la souffrance aux mille visages, le Concile a un message tout spécial. Il sent fixés sur lui vos yeux implorants, brillants de fièvre ou abattus par la fatigue, regards interrogateurs qui cherchent en vain le pourquoi de la souffrance humaine, et qui demandent anxieusement quand et d'où viendra le réconfort. Frères très chers, nous sentons profondément retentir dans nos cœurs de pères et de pasteurs vos gémissements et vos plaintes. Et notre peine s'accroît à la pensée qu'il n'est pas en notre pouvoir de vous apporter la santé corporelle ni la diminution de vos douleurs physiques, que médecins, infirmières, et tous ceux qui se consacrent aux malades s'efforcent de soulager de leur mieux.
Mais nous avons quelque chose de plus profond et de plus précieux à vous donner : la seule vérité capable de répondre au mystère de la souffrance et de vous apporter un soulagement sans illusion : la foi et l'union à l'Homme des douleurs (Is 53, 3 : " objet de mépris, abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance, comme quelqu'un devant qui on se voile la face, méprisé, nous n'en faisions aucun cas. "), au Christ, Fils de Dieu, mis en croix pour nos péchés et pour notre salut. Le Christ n'a pas supprimé la souffrance ; il n'a même pas voulu nous en dévoiler entièrement le mystère : il l'a prise sur lui, et c'est assez pour que nous en comprenions tout le prix.

Vous tous, qui sentez plus lourdement le poids de la croix, vous qui êtes pauvres et délaissés, vous qui pleurez, vous qui êtes persécutés pour la justice (Mt 5, 5 ; 10 : " 5.5 Heureux ceux qui sont doux, parce qu'ils hériteront la terre. " ; " 5.10 Heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, parce que le royaume des cieux est à eux. "), vous sur lesquels on se tait, vous les inconnus de la douleur, reprenez courage : vous êtes les préférés du Royaume de Dieu, le royaume de l'espérance, du bonheur et de la vie. Vous êtes les frères du Christ souffrant ; et avec lui, si vous le voulez, vous sauvez le monde! Voilà la compréhension chrétienne de la souffrance, la seule qui donne la paix. Sachez que vous n'êtes pas seuls, ni séparés, ni abandonnés, ni inutiles ; vous êtes les appelés du Christ, sa vivante et transparente image.
Lien : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La ville de Capharnaüm est qualifiée dans les
évangiles de « carrefour des nations », renvoi à l’universalité du salut
apporté par Jésus. Un homme, un centurion romain, s’avance hors de
cette ville. Il se dirige vers Jésus et le supplie : « Seigneur, mon
serviteur est au lit, chez moi, paralysé, et il souffre terriblement
».

Le vocable « Seigneur » laisse entendre que ce centurion voit en Jésus
bien plus qu’un simple thaumaturge. Et la gratuité de sa démarche ne
fait que le confirmer. En effet, il est remarquable que ce dont il fait
part en premier lieu à Jésus ce soit la souffrance de son serviteur.
C’est la compassion pour son esclave qui l’anime dans sa requête auprès
de Jésus et non pas l’opportunité que lui soit rendu celui qui
travaillait pour lui. C’est gratuitement qu’il demande sa guérison sans
aucune arrière-pensée d’en tirer un quelconque profit.

En outre, ce centurion est conscient de ne rien mériter. En raison de sa
condition de païen et pour éviter à Jésus de contracter une souillure
rituelle en entrant chez lui, il déclare : « Seigneur, je ne suis pas
digne que tu entres sous mon toit
».

Et pourtant il croit : « Mais dis seulement un mot et mon serviteur sera
guéri
». Il croit du plus profond de son cœur que l’amour du Christ lui
est acquis à lui aussi, le païen, ainsi qu’à son serviteur. Il sait que
cet amour ne s’exige pas comme on pourrait commander à un subalterne
d’accomplir les ordres qu’on lui aurait donnés. Il sait que pour être
reçu, cet amour a seulement besoin qu’on le reconnaisse pour ce qu’il
est : gratuit. Voilà la raison pour laquelle Jésus fait l’éloge de la
foi de cet homme, foi naissante mais toute-puissante sur le cœur de Dieu
car animée par la compassion et l’humilité. « Ravive en nous Seigneur une foi vivante, animée par la charité, une foi humble et confiante dans la gratuité de ton amour.


Qu’à l’exemple de ce centurion de Capharnaüm notre cœur s’ouvre aux souffrances qui nous entourent et qu’il se remplisse de compassion. Ravive en nous le désir que tous les hommes soient sauvés, libérés de la paralysie de la souffrance et du péché. Ouvre nos cœurs aux dimensions du tien. »
Frère Elie
Lien : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://douleurchronique.xooit.fr/portal.php
 
Textes du jour et commentaires : Samedi 25 Juin 2011
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pierres Vivantes :: LITURGIE - BIBLE :: Lectures du jour - Homélies :: Messe du jour-
Sauter vers: