Pierres Vivantes

Partageons la vie de Jésus Berger pour tous
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Information : Bonjour à toutes et tous. Etant donné le peu de personnes parcourant quotidiennement ce forum, peut être est il plus bénéfique, pour ceux et celles qui le souhaitent, de nous rassembler sous une seule bannière, qui est celle du site : http://www.forumreligioncatholique.com/forum ...
Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 43 le Dim 14 Mai - 15:40
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Rosaire
Mystères joyeux
Mystères lumineux
Mystèresdouloureux
Mystères glorieux


Partagez
 

 Textes du jour et commentaires : Vendredi 10 Juin 2011

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Textes du jour et commentaires : Vendredi 10 Juin 2011  Empty
MessageSujet: Textes du jour et commentaires : Vendredi 10 Juin 2011    Textes du jour et commentaires : Vendredi 10 Juin 2011  EmptyVen 10 Juin - 9:42

Vendredi 10/6/2011
De la férie
7ième semaine du Temps Pascal
(Couleur liturgique : Blanc)
Année A




Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique
http://www.aelf.org/office-messe?date_my=10/06/2011

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/



Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 21 : 15019


JÉSUS ressuscité confie son troupeau à Pierre


Évangile + commentaire (audio)
http://www.radio-fidelite.com/evangcom.php?jour=161


You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.



Lien vidéo :
http://webtvcn.fr/?p=43654

Vu et écouté sur le site :
http://www.webtvcn.eu/









Amicalement, fraternellement
Nicolas
Revenir en haut Aller en bas
marielle

marielle

Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 48

Textes du jour et commentaires : Vendredi 10 Juin 2011  Empty
MessageSujet: Re: Textes du jour et commentaires : Vendredi 10 Juin 2011    Textes du jour et commentaires : Vendredi 10 Juin 2011  EmptyVen 10 Juin - 11:52

année : A | impaire
temps : temps pascal
semaine : vendredi, 7ème semaine
couleur : Blanc
Lectures choisies : Férie du Temps Pascal






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Lecture du livre des Actes des Apôtres 25, 13b-21
  • Psaume 68(67), 2-3 ; 4-5 ; 6-7ab ;36c.
  • Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 16, 29-33



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


    Livre des Actes des Apôtres
    25, 13b-21


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Quelques jours plus tard, le roi Agrippa et sa sœur Bérénice vinrent à Césarée saluer le gouverneur Festus. Comme ils passaient là plusieurs jours, Festus exposa au roi la situation de Paul : « Il y a ici un homme que mon prédécesseur Félix a laissé en prison. Quand je suis allé à Jérusalem, les chefs des prêtres et les anciens des Juifs ont porté plainte contre lui en réclamant sa condamnation. J'ai répondu que la loi romaine ne permet pas de livrer un accusé sans l'avoir d'abord confronté avec ses accusateurs, et lui avoir donné la possibilité de présenter sa défense. Ils sont alors venus ici, et sans aucun délai, le lendemain même, j'ai siégé au tribunal et j'ai fait comparaître cet homme. Mis en sa présence, les accusateurs ne lui reprochaient aucun des crimes que, pour ma part, j'aurais imaginés. Ils avaient seulement avec lui certaines discussions au sujet de leur religion à eux, et au sujet d'un certain Jésus qui est mort, mais que Paul déclarait toujours vivant. Quant à moi, ne sachant vraiment pas quelle suite donner à l'instruction, j'ai demandé à Paul s'il voulait aller à Jérusalem pour y être jugé sur cette affaire. Mais Paul a fait appel pour que son cas soit réservé à la juridiction impériale. J'ai donc ordonné de le garder en prison jusqu'à son transfert devant l'empereur. »

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




    Psaume 103 (102),1-2 ; 11-12 ; 19-20ab

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


    Bénis le Seigneur, ô mon âme,
    bénis son nom très saint, tout mon être!
    Bénis le Seigneur, ô mon âme,
    n'oublie aucun de ses bienfaits!

    Comme le ciel domine la terre,
    fort est son amour pour qui le craint ;
    aussi loin qu'est l'orient de l'occident,
    il met loin de nous nos péchés ;

    Le Seigneur a son trône dans les cieux :
    sa royauté s'étend sur l'univers.
    Messagers du Seigneur, bénissez-le,
    invincibles porteurs de ses ordres.



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



    Évangile de Jésus-Christ
    selon saint Jean 21, 15-19



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



    [center]Après le repas au bord du lac, Jésus ressuscité dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m'aimes-tu plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t'aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m'aimes-tu ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t'aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, est-ce que tu m'aimes ? » Pierre
    fut peiné parce que, pour la troisième fois, il lui demandait : «
    Est-ce que tu m'aimes ? » et il répondit : « Seigneur, tu sais tout : tu
    sais bien que je t'aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes
    brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta
    ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu
    étendras les mains, et c'est un autre qui te mettra ta ceinture, pour
    t'emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour
    signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Puis il
    lui dit encore : « Suis-moi. »




    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


    Commentaire du jour
    Bienheureux Jean-Paul II
    Homélie à Paris 30/05/80
    (trad. DC 1788, p. 557 © Libreria Editrice Vaticana)


    « Pierre, m'aimes-tu ? »

    À l'heure de l'épreuve, Pierre a renié son Maître par trois fois.
    Et sa voix tremblait lorsqu'il a répondu : « Seigneur, tu sais bien que
    je t'aime
    ». Cependant, il n'a pas répondu : « Et pourtant, Seigneur, je
    t'ai déçu
    », mais : « Seigneur, tu sais bien que je t'aime ». En disant
    cela, il savait déjà que le Christ est la pierre angulaire (Ac 4, 11),
    sur laquelle, en dépit de toute faiblesse humaine, peut croître en lui,
    Pierre, cette construction qui aura la forme de l'amour. À travers
    toutes les situations et toutes les épreuves, jusqu'à la fin. C'est pour
    cela qu'il écrira un jour... : « Vous aussi vous êtes appelés à devenir
    comme des pierres vivantes pour la construction d'un édifice spirituel,
    pour un sacerdoce saint, pour offrir des sacrifices spirituels agréables
    à Dieu par Jésus Christ
    » (1P 2, 5).

    Tout cela ne signifie
    rien d'autre que répondre toujours et constamment avec ténacité et de
    manière conséquente, à cette unique question : « Aimes-tu ? M'aimes-tu ?
    M'aimes-tu davantage ?
    » C'est en effet cette réponse, c'est-à-dire cet
    amour, qui fait que nous sommes « la race élue, le sacerdoce royal, la
    nation sainte, le peuple que Dieu s'est acquis
    ». C'est elle qui fait
    que nous proclamons les œuvres merveilleuses de celui qui nous « a
    appelés des ténèbres à son admirable lumière »
    (1P 2, 9). Tout cela,
    Pierre l'a su dans l'absolue certitude de sa foi. Et tout cela, il le
    sait, et il continue à le confesser aussi dans ses successeurs.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]evangileauquotidien.org






    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



    Cette page est sans doute une des plus émouvantes du Nouveau Testament. Jésus ressuscité vient de nourrir ses compagnons de la première heure sur la grève du lac de Galilée où ils avaient repris leurs activités d’artisans pécheurs. Après le repas, il prend à part Pierre, qu’il avait choisi pour être le chef du collège apostolique, mais qui l’avait trahi au moment de l’épreuve. L’Apôtre avait pourtant déclaré avec élan et générosité : « Même si je dois mourir avec toi, je ne te renierai pas » (Mt 26, 35) ; mais son courage s’était évanoui face au danger. Acculé par l’interrogatoire soupçonneux d’une servante, il avait protesté avec véhémence : « Je ne connais pas l’homme dont vous parlez » (Mc 14, 71).

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Pierre
    à vrai dire ne mentait pas : il ne reconnaissait plus son Maître en cet homme qui se laissait traîner sans opposer de résistance devant le Sanhédrin et qui bientôt serait condamné à mort comme blasphémateur. « Et lui qui espérait qu’il serait le libérateur d’Israël » (Lc 24, 21). Il a fallu la résurrection pour que ses yeux s’ouvrent sur la véritable identité de Jésus et sur le sens de sa mission.


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Hélas
    la prise de conscience survenait un peu tard ; comment lui, le traître,
    aurait-il encore sa place dans le groupe des ex-compagnons ? Revenant
    en lui-même, Pierre s’est dit : « Je vais retourner vers Jésus et je lui dirai :
    “ Seigneur j’ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus
    d’être appelé ton apôtre. Prends-moi comme l’un de tes ouvriers ”
    » (cf. Lc 15, 18-19 : "
    15.18 Je me lèverai, j'irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j'ai péché contre le ciel et devant toi!

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    15.19 Je ne suis plus digne d'être appelé ton fils : traite-moi comme l'un de tes mercenaires.
    "
    ). Et il cherchait le moment opportun pour justifier auprès du Seigneur, l’audace qu’il avait eue de rejoindre le groupe.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Connaissant le cœur de son ami et le débat contradictoire qui s’y livrait, Jésus prend l’initiative de la rencontre et s’éloigne de quelques pas du groupe des disciples pour se retrouver seul avec Pierre. « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceux-ci ? » La question a dû transpercer le cœur du compagnon de la première heure. En l’appelant non pas du nom nouveau qu’il lui avait lui-même donné, mais par son nom d’origine, Jésus ne confirmait-il pas son désaveu ? Pour sûr, il était déchu de sa primauté au sein du collège apostolique ; en faisait-il d’ailleurs encore partie ? Pourtant la demande du Seigneur le laisse perplexe : pourquoi Jésus lui demande-t-il non seulement s’il l’aime, mais s’il l’aime davantage que les autres ? Pierre ne soupçonne pas Jésus de se livrer à une ironie cruelle, mais il n’a pas encore compris la pédagogie du Seigneur, et balbutie, rempli d’un espoir mêlé de crainte : « Oui, Seigneur je t’aime, tu le sais ».

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Notre-Seigneur
    n’en demandait pas davantage ; après un bref silence dans lequel il
    savoure la réponse de Simon qui par cet aveu est à nouveau devenu
    Pierre, il le confirme dans sa mission : « Sois le berger de mes agneaux
    ». Quelle émotion, quel bouleversement ces paroles n’ont-elles pas
    suscités dans le cœur de l’Apôtre! Comment Jésus pouvait-il lui refaire
    confiance à lui qui l’avait trahi ? Et sur la seule garantie de la
    protestation de son pauvre amour ? Pierre découvre que « les dons et les appels de Dieu sont sans repentance » (Rm 11, 29).
    Comme le Seigneur ne nous choisit pas en raison de nos mérites, nous ne
    pouvons pas démériter de sa confiance. Même notre péché, nos trahisons,
    ne le découragent pas : il persiste à nous accorder son entière
    confiance. Il demande seulement notre amour, un amour humble et pauvre,
    qui s’appuie sur sa fidélité à lui, la seule qui soit inébranlable.


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Une seconde fois la voix de Jésus vient rompre le silence : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ?
    » La question cette fois ne contient plus de comparatif : la demande
    est celle d’un amour absolu, c’est-à-dire sans autre raison d’être que
    la bonté de celui qu’on aime. A la réponse positive de son ami, Jésus
    lui confie non plus la charge des « agneaux », c’est-à-dire ces « petits qui croient en son nom » (Mt 18, 6), mais des « brebis », celles qui ont enfanté les agneaux à la vie divine par la Parole et les sacrements, c’est-à-dire le collège apostolique.


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Une troisième fois résonne la même demande : « Simon, fils de Jean, est-ce que tu m’aimes ? » Pierre fond en larmes. Mais ses larmes ne sont pas les mêmes que celles qu’il versa dans la terrible nuit de la trahison, lorsqu’il « pleura amèrement » (Lc 22, 62) ; car il a compris que son péché est englouti dans l’océan de la miséricorde. Cette fois ce sont des larmes de repentir, jaillies de la conscience de l’amour dont il est aimé ; des larmes bénies qui lavent sa conscience de toute culpabilité paralysante et libèrent une générosité nouvelle, fruit de la réconciliation gratuitement offerte.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Douce souffrance qui jaillit de la blessure de l’amour, la seule qui ne doive jamais se fermer. C’est au cœur de ces larmes bienfaisantes que Notre-Seigneur peut annoncer à son Apôtre que son désir se réalisera, et qu’il pourra le suivre sur le chemin du suprême témoignage de charité. « Suis-moi » : ultime parole qui résume l’attitude du premier des Apôtres et de tout disciple. Nous n’avons à entretenir qu’un seul souci : suivre Jésus sur le chemin qu’il nous trace par sa Parole, méditée, interprétée, actualisée à la lumière de l’amour que le Père déverse en nos cœurs dans l’Esprit.


    Que Marie nous aide à redire nous aussi notre « Je t’aime » à son Fils ; à le redire pauvrement, dans la conscience de notre indignité et de notre péché, mais dans la confiance inébranlable en sa fidélité et en sa miséricorde. Et que les larmes du saint repentir libèrent en nous le courage de donner nous aussi notre vie pour que vienne le Règne du Père « sur la terre comme au ciel ».
    Père Joseph-Marie
    Lien : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Revenir en haut Aller en bas
    http://douleurchronique.xooit.fr/portal.php
     
    Textes du jour et commentaires : Vendredi 10 Juin 2011
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Pierres Vivantes :: LITURGIE - BIBLE :: Lectures du jour - Homélies :: Messe du jour-
    Sauter vers: