Pierres Vivantes

Partageons la vie de Jésus Berger pour tous
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Information : Bonjour à toutes et tous. Etant donné le peu de personnes parcourant quotidiennement ce forum, peut être est il plus bénéfique, pour ceux et celles qui le souhaitent, de nous rassembler sous une seule bannière, qui est celle du site : http://www.forumreligioncatholique.com/forum ...
Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 43 le Dim 14 Mai - 15:40
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Rosaire
Mystères joyeux
Mystères lumineux
Mystèresdouloureux
Mystères glorieux


Partagez
 

 Rejeter le mal

Aller en bas 
AuteurMessage
hirondelle
Webmestre
Webmestre
hirondelle

Date d'inscription : 22/04/2009
Age : 67

Rejeter le mal Empty
MessageSujet: Rejeter le mal   Rejeter le mal EmptyMer 30 Juin - 6:15

Rejeter le mal

Saint Matthieu 8, 28-34


Quand il fut arrivé sur l’autre rive, au pays des Gadaréniens, deux démoniaques, sortant des tombeaux, vinrent à sa rencontre, des êtres si sauvages que nul ne se sentait de force à passer par ce chemin. Les voilà qui se mirent à crier : " Que nous veux-tu, Fils de Dieu ? Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le temps ? "Or il y avait, à une certaine distance, un gros troupeau de porcs en train de paître. Et les démons suppliaient Jésus : " Si tu nous expulses, envoie-nous dans ce troupeau de porcs. " "Allez ", leur dit-il. Sortant alors, ils s’en allèrent dans les porcs, et voilà que tout le troupeau se précipita du haut de l’escarpement dans la mer et périt dans les eaux. Les gardiens prirent la fuite et s’en furent à la ville tout rapporter, avec l’affaire des démoniaques. Et voilà que toute la ville sortit au-devant de Jésus ; et, dès qu’ils le virent, ils le prièrent de quitter leur territoire.


Prière d’introduction
Seigneur, je crois que tu es présent en moi. Fais que je ressente ta présence dans mon cœur et mon âme. Je veux vivre cette journée près de toi et tout voir à travers le prisme de la foi. Je mets toute ma confiance en toi. Tu m’accorderas toutes les grâces dont j’ai besoin aujourd’hui. Tout ce qu’il me faut faire, c’est de le demander. Je veux t’aimer de tout mon cœur, particulièrement par la charité, en me donnant à tous ceux que je rencontrerai aujourd’hui afin que je puisse leur communiquer ton amour. Marie, accompagne-moi dans cette méditation et intercède pour moi afin que Dieu m’accorde ce dont j’ai besoin pour être un meilleur disciple et un apôtre de son Royaume.

Demande
Seigneur, aide-moi à être vainqueur du mal dans ma vie.

Points de réflexion


1. Le péché nous éloigne de Dieu
Nous avons appris dans notre catéchisme que le péché mortel prive notre âme de la grâce sanctifiante et nous sépare de Dieu. Cet évangile illustre cette séparation. Les possédés se tiennent à distance du Christ et le supplient de les quitter. Notre péché, qu’il soit mortel ou véniel, rejette Dieu de nos vies. C’est en quelque sorte Lui dire que nous n’avons pas besoin de Lui et que nous ne voulons pas qu’il s’ingère dans nos vies. Ai-je consciemment accepté le péché dans ma vie sachant que faisant ainsi je rejetais Dieu ? Même sur des points qui peuvent sembler sans gravité ?

2. Le péché endommage nos relations avec autrui
Il est certain que ces possédés ont endommagé leurs relations avec leur entourage. Ils doivent vivre en marge de leur communauté et ne peuvent plus en faire partie. Toute faute, tout péché est en quelque sorte un dérèglement d’ordre social parce qu’il a des conséquences sociales. Nos fautes les plus personnelles, - nos pensées,- en blessant le Corps Mystique de l’Église ont un effet sur les autres.. Nos péchés, visibles de l’extérieur sont encore plus graves car ils causent du scandale et peuvent en induire d’autres en faute. Le Christ nous demande de rejeter le péché. Observons ce qu’il nous demande et chassons le Malin de nos vies de tous les jours.

3. A nous aussi le péché fait du tort
C’est à nous d’abord que le péché fait le plus de mal. Souvent, les possédés se blessaient, se lacéraient. Ces blessures physiques avaient un sens spirituel plus profond. Nos âmes sont faites pour Dieu de sorte qu’être séparé de Lui est vraiment un déchirement du cœur. Le péché ne se présente jamais sous un dehors désagréable mais après l’avoir commis, notre conscience commence à nous inquiéter. C’est alors qu’on se rend compte que notre erreur nous a séparés de celui vers lequel nous sommes attirés naturellement. Nous sentons le remords et la tristesse de cette rupture qui nous déchire intérieurement.

Dialogue avec le Christ
Seigneur, aide-moi à rejeter tout péché de ma vie. J’ai besoin de ton aide puisque je n’y arriverai pas seul. Comme les possédés qui désiraient ardemment être libérés de leurs tourments, ainsi j’aspire à une vie délivrée du péché. Accorde-moi la force nécessaire, Seigneur, car je suis si souvent envahi par mes passions et les tentations du Malin. Je veux être fidèle à ton amour et ne rechercher que toi dans ma vie.

Résolution
Aujourd’hui, je vais promettre au Seigneur de rejeter une faute particulière que je commets souvent.



_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://pierres-vivantes.forumactif.com/
alice

alice

Date d'inscription : 12/02/2010
Age : 41

Rejeter le mal Empty
MessageSujet: Re: Rejeter le mal   Rejeter le mal EmptyMer 30 Juin - 6:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Livre d'Amos 5,14-15.21-24.
cherchez le bien et non le mal, afin de vivre. Ainsi le Seigneur, Dieu de l'univers, sera avec vous, comme vous l'affirmez.
Détestez le mal, aimez le bien, faites régner le droit dans vos litiges ; peut-être alors le Seigneur, Dieu de l'univers, aura-t-il pitié de ce qui reste d'Israël.
Je déteste, je méprise vos fêtes, je n'ai aucun goût pour vos assemblées.
Quand vous me présentez des holocaustes et des offrandes, je ne les accueille pas ; vos sacrifices de bêtes grasses, je ne les regarde même pas.
Éloignez de moi le tapage de vos cantiques ; que je n'entende pas la musique de vos harpes.
Mais que le droit jaillisse comme une source ; la justice, comme un torrent qui ne tarit jamais !

Psaume 50(49),7-10.12-13.16-17.
« Écoute, mon peuple, je parle ; Israël, je te prends à témoin. Moi, Dieu, je suis ton Dieu !
« Je ne t'accuse pas pour tes sacrifices ; tes holocaustes sont toujours devant moi.
Je ne prendrai pas un seul taureau de ton domaine, pas un bélier de tes enclos.
« Tout le gibier des forêts m'appartient et le bétail des hauts pâturages.
« Si j'ai faim, irai-je te le dire ? Le monde et sa richesse m'appartiennent.
Vais-je manger la chair des taureaux et boire le sang des béliers ?
Mais à l'impie, Dieu déclare : « Qu'as-tu à réciter mes lois, à garder mon alliance à la bouche,
toi qui n'aimes pas les reproches et rejettes loin de toi mes paroles ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 8,28-34.
Comme Jésus arrivait sur l'autre rive du lac, dans le pays des Gadaréniens, deux possédés sortirent du cimetière à sa rencontre ; ils étaient si méchants que personne ne pouvait passer par ce chemin.
Et voilà qu'ils se mirent à crier : « Que nous veux-tu, Fils de Dieu ? Es-tu venu pour nous faire souffrir avant le moment fixé ? »
Or, il y avait au loin un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture.
Les démons suppliaient Jésus : « Si tu nous expulses, envoie-nous dans le troupeau de porcs. »
Il leur répondit : « Allez-y. » Ils sortirent et ils s'en allèrent dans les porcs ; et voilà que, du haut de la falaise, tout le troupeau se précipita dans la mer, et les porcs moururent dans les flots.
Les gardiens prirent la fuite et s'en allèrent en ville annoncer tout cela, avec l'affaire des possédés.
Et voilà que toute la ville sortit à la rencontre de Jésus ; et lorsqu'ils le virent, les gens le supplièrent de partir de leur région.


Commentaire du jour
Concile Vatican II
Constitution sur l'Église dans le monde de ce temps (Gaudium et spes), 9-10 [i]- Copyright ©️ Libreria Editrice Vaticana


« Les gens le supplièrent de partir de leur région »

Le monde actuel apparaît à la fois comme puissant et faible, capable du meilleur et du pire ; le chemin qui s'ouvre devant lui est celui de la liberté ou de la servitude, du progrès ou de la régression, de la fraternité ou de la haine. En outre, l'homme découvre qu'il lui appartient de bien diriger les forces qu'il a mises en mouvement et qui peuvent l'écraser ou le servir. C'est pourquoi il s'interroge.

En vérité, les déséquilibres dont souffre le monde actuel sont liés à un déséquilibre plus fondamental, qui a sa racine dans le cœur même de l'homme. C'est en l'homme lui-même, en effet, que de nombreux éléments se combattent. D'une part, comme créature, il fait l'expérience de ses multiples limites ; d'autre part, il se sent illimité dans ses désirs et appelé à une vie supérieure. Sollicité par tant d'appels, il est sans cesse contraint de choisir entre eux et d'en abandonner quelques-uns. En outre, faible et pécheur, il accomplit souvent ce qu'il ne veut pas et n'accomplit pas ce qu'il voudrait (Rm 7,15). C'est donc en lui-même qu'il souffre division, et c'est de là que naissent au sein de la société des discordes si nombreuses et si profondes...

Néanmoins, il y a de plus en plus de personnes qui, devant l'évolution présente du monde, se posent les questions les plus fondamentales ou les perçoivent avec une acuité nouvelle : Qu'est-ce que l'homme ? Que signifient la souffrance, le mal, la mort, qui subsistent malgré tant de progrès ? À quoi bon ces victoires payées d'un si grand prix ? Qu'est-ce que l'homme peut apporter à la société ? Que peut-il attendre d'elle ? Qu'arrivera-t-il après cette vie terrestre ?

L'Église, quant à elle, croit que par son Esprit le Christ, mort et ressuscité pour tous, offre à l'homme lumière et forces pour lui permettre de répondre à sa très haute vocation. Elle croit qu' « il n'est pas sous le ciel d'autre nom donné aux hommes par lequel ils doivent être sauvés » (Ac 4,12). Elle croit aussi que l'on trouve la clé, le centre et la fin de toute histoire humaine en son Maître et Seigneur. Elle affirme en outre qu'à travers tous les changements bien des choses demeurent qui ont leur fondement ultime dans le Christ, « le même hier, aujourd'hui et à jamais » (He 13,Cool.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 
Rejeter le mal
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pierres Vivantes :: Vie Eglise :: Pour nous édifier dans notre foi :: Méditation journalière-
Sauter vers: